scale-up

Pour de nombreuses jeunes entreprises innovantes qui rencontrent leurs premiers succès et connaissent une croissance forte, la question de faire évoluer la structure de la start-up se pose. L’adaptabilité, la capacité à s’inventer et innover, le dynamisme, sont les atouts usuels de la start-up. L’enjeu est ici de conserver ces atouts tout en assurant le bon développement de la jeune entreprise pour atteindre avec succès le statut de scale-up.

Frédéric Mazzella, co-fondateur de BlaBlaCar, révèle les trois enjeux stratégiques à prendre en compte et à surveiller pour atteindre le statut convoité de scale-up !

Qu’est-ce qu’une scale-up ?

Faire évoluer sa start-up fait se poser la question de la structure à construire, et on imagine la scale-up comme le modèle à atteindre et la réponse adéquate. Le terme scale-up redéfinit la notion de la PME traditionnelle à la française, car elle bouscule cette conception établie. En effet, la scale-up redéfinit les lois d’un marché et représente l’entreprise idéale de demain.

Le terme de scale-up, encore peu répandu, qui signifie augmenter, élargir en anglais, désigne la structure « post start-up ». La définition n’est pas clairement établie, ni figée. Mais il est communément admis que la scale-up correspond à une start-up qui aurait considérablement grandi, de façon continue, en interne et en externe, et qui poursuivrait sa forte progression en ayant rencontré des perspectives à long terme lui assurant une relative solidité … À la différence de la start-up qui, elle, représente la jeune entreprise partie d’une bonne idée et avec un business plan innovant, mais dont l’activité ne s’est pas encore pérennisée, la scale-up a atteint son rythme de croisière optimal. C’est-à-dire que la start-up, à l’inverse de la scale-up, a encore besoin de s’asseoir dans la stabilité. Ainsi, les scale-up sont des entreprises qui ont réussi à transformer leur produit innovant en business rentable !

Lorsque l’on pense à la start-up, on imagine des bureaux ouverts et une ambiance décontractée, qui n’empêchent toutefois pas aux salariés d’œuvrer sur des activités novatrices avec un point de vue révolutionnaire. On imagine des salariés avec une faible moyenne d’âge voir tout juste diplômés, qui sont caractérisés par leur grande adaptabilité, leur dynamise et leur goût du risque. C’est cette construction atypique qu’il est difficile à conserver lorsque l’entreprise s’agrandit et que des besoins de structuration, d’organisation et d’optimisation se font ressentir. et c’est justement cette construction que cherche à conserver la scale-up !

BlablaCar : la scale-up à la française

La France compterait à l’heure actuelle 203 scale-up, dont le fameux site de covoiturage BlaBlaCar. Présente dans 22 pays, cette entreprise est aujourd’hui valorisée à 1,6 milliards de dollars, notamment grâce à une levée de fonds record en septembre dernier de 200 millions d’euros. Elle compte 500 salariés et plus de 25 millions de membres à travers le monde, et occupe une position dominante sur son marché. On imagine pourtant mal ses débuts, où quatre étudiants idéalistes passaient leurs weeks-ends et lerus soirées enfermés chez leurs parents pour imaginer les lignes directrices de ce qui deviendra cette formidable succes story.

BlaBlaCar fait désormais figure de référence absolue pour les structures entrepreneuriales bâties sur le même modèle. Frédéric Mazzella, co-fondateur, révèle les trois piliers stratégiques qui lui ont permis de pérenniser BlablaCar lorsque l’entreprise n’en était qu’à la phase de start-up, et d’atteindre le fameux statut de scale-up ! Lors du « Sommet des start-up » organisé par le magazine Challenges, le célèbre chef d’entreprise s’est en effet attardé sur ces trois points clés, incontournables selon lui pour toute start-up aspirant à la croissance et au tire de scale-up.

Les 3 enjeux stratégiques pour atteindre la scale-up avec succès

Conserver son ADN

Il faut veiller à conserver l’ADN de son entreprise, à savoir sa culture, ses valeurs, ses codes, la proximité des salariés les uns avec les autres et vis-à-vis des clients et du réseau de l’entreprise. C’est-à-dire protéger les initiatives informelles et veiller à ne pas imposer telle ou telle mesure par la force sans respecter l’identité de sa start-up.

Avoir une stratégie cohérente

La stratégie de croissance doit être construite et cohérente. Cela signifie d’une part, que la start-up doit pouvoir trouver continuellement des moyens pour assurer son développement en interne et en externe, par l’implantation à l’internationale, l’embauche de salariés hautement qualifiés, l’obtention de levée de fonds, etc.

Maintenir l’état d’esprit entrepreneurial

L’état d’esprit entrepreneurial est nécessaire pour perpétuer la valeur de ses produits, tout en ayant le désir de les améliorer et de s’améliorer, avec la volonté de grandir. L’esprit entrepreneurial se traduit par la capacité de se réinventer, de lancer des projets ambitieux et de se remettre en question, aspects caractéristiques de la start-up d’aujourd’hui.

Enfin, selon le co-dirigeant de BlaBlaCar, savoir communiquer, pour soigner son image et celle de son offre, mais aussi pour convaincre et fédérer les acteurs autour de soi (salariés, mais aussi investisseurs, clients, …) se révèle essentiel. Une bonne scale-up est aussi une structure qui est parvenue à garder son esprit start-up, qui sait s’organiser malgré la charge d’idées et de projets, tout en gardant à l’esprit les priorités.

En savoir plus ?

Contactez l’équipe d’Innovatech Conseil pour être accompagné dans le développement de votre start-up et/ou scale-up ou rejoignez notre communauté de professionnels sur Linkedin. N’hésitez pas à nous laissez un commentaire pour partagez avec nous !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *