Start-up : les 6 aspects incontournables d’un Business Plan efficace

business plan entreprise innovante

Comment rédiger mon Business Plan afin de convaincre les investisseurs de l’intérêt de mon projet innovant ? Telle est la question que se posent de nombreux porteurs de projets et chefs d’entreprises innovantes au moment de se lancer dans la rédaction de l’incontournable Business Plan.

Nous vous donnions nos conseils pour réussir la transformation de votre produit innovant en business rentable. Or, la première étape pour lancer son produit innovant, est bien la rédaction d’un Business Plan. Dans le cas de la création d’une start-up ou d’une entreprise innovante, le Business Plan est un document rédigé par le porteur de projet dans le but de faire état de la stratégie prévisionnelle ainsi que des objectifs financiers. Il s’adresse alors principalement aux éventuels investisseurs (banquiers, Business Angels, etc.) et son objectif reste avant tout de les convaincre.

Nous revenons pour vous sur les 6 aspects incontournables pour rédiger et défendre le Business Plan de votre start-up ou de votre entreprise innovante.

1. Les trois règles d’or du Business Plan

Tout d’abord, un Business Plan clair et efficace doit être :

  • Compréhensible, même par des non-initiés (pas de vocabulaire technique)
  • Complet, afin de présenter tous les aspects du projet (commercial, technique, financier, juridique, etc.)
  • Et enfin, Réaliste, en phase avec la conjoncture actuelle (ni trop optimiste, ni trop pessimiste)

2. Une présentation claire et efficace de votre projet

L’élément incontournable de tout bon Business Plan est bien le descriptif détaillé du projet, avec une présentation de tous les aspects de celui-ci :

  • L’idée/concept, avec les objectifs stratégiques et commerciaux rattachés
  • Le produit/service qui sera commercialisé
  • Le ou les porteur(s) de projet, leurs parcours et leurs compétences
  • Le marché visé, associé à une éventuelle étude de marché mettant en lumière la segmentation des clients potentiels et les tarifs applicables
  • La concurrence directe et indirecte, avec une étude approfondie des menaces et opportunités de cet environnement concurrentiel
  • La stratégie à long-terme, à savoir la stratégie marketing et commerciale, le plan de R&D, de production, de communication, etc.
  • L’aspect juridique, avec le statut de l’entreprise, une étude de la réglementation, les brevets déposés qui touchent à l’activité de l’entreprise, etc.
  • Les acteurs qui vont jouer un rôle dans le projet : actionnaires, salariés, investisseurs déjà identifiés, collaborateurs et partenaires, etc.
  • Le planning du projet
  • La somme que l’on souhaite obtenir, avec une justification de son montant, des dépenses qui seront engagées, etc.

3. La partie financière de votre Business Plan : présenter des chiffres réalistes

D’autre part, votre Business Plan ne saura convaincre un investisseur s’il ne fait pas mention de l’aspect financier de votre projet. Pour cela, vous devez intégrer :

  • Trois à cinq comptes de résultats prévisionnels
  • Un bilan prévisionnel
  • Un plan de financement
  • Un plan de trésorerie

Ces documents, qui doivent être réalistes compte tenu du projet, ne doivent être ni trop optimistes ni trop pessimistes. Leur objectif est de présenter l’aspect financier du projet à court, moyen et long terme, le plus fidèlement possible.

Les porteurs de projets sont souvent très optimistes au sujet de leur projet. Un manque de réalisme qui peut être un frein pour un investisseur. Quel que soit le chiffre d’affaire que vous pensez atteindre, diminuez-le de 10 à 20%, vous n’en serez que plus rationnel.

Nous vous conseillons donc de réaliser plusieurs prévisions financières dans votre Business Plan. Prévoyez ainsi différents scénarios, du plus optimiste (scénario idéal) au plus pessimiste (scénario catastrophe, en montrant que même avec le pire scénario, votre projet est susceptible de dégager des revenus.

4. Tout se joue dès l’Executive Summary

L’Executive Summary, le résumé pour les dirigeants, est un document d’une ou deux pages qui synthétise votre Business Plan. Ce dernier peut souvent dépasser la centaine de pages, voilà pourquoi il est nécessaire de rédiger un Executive Summary synthétique et pertinent.

L’Executive Summary doit contenir les points forts du projet et permettre de s’en faire une idée globale en un coup d’œil. Il vise à donner envie à l’investisseur d’en savoir plus et de s’intéresser plus en détail au contenu du Business Plan. Pour cela, vous devez brièvement présenter :

  • Le produit/service commercialisé
  • Les arguments et objectifs commerciaux
  • Le marché et la concurrence
  • Les principaux éléments financiers (prix, chiffre d’affaires escompté, rentabilité, montant d’investissement recherché)

5. Le projet innovant repose aussi … sur le porteur de projet

Lors d’une présentation orale de votre Business Plan, vous, en tant que jeune startupeur ou dirigeant de l’entreprise, serez au centre des attentions. Votre personnalité sera directement jugée par l’auditoire, composé des éventuels investisseurs.

Durant cet exercice, vous devrez donc montrer votre esprit de leadership, votre capacité d’adaptation, votre motivation et votre ambition à vous surpasser, ainsi que vos compétences pour mener à bien le projet.

6. Votre pitch pour défendre le Business Plan

En vue d’une présentation orale, vous devez vous informer sur votre auditoire (parcours, position dans la prise de décision, etc.), ainsi qu’anticiper les questions éventuelles pour développer un argumentaire solide et adapté.

Les présentations orales peuvent être nombreuses avant de trouver un investisseur, (5, 10, 20 rendez-vous voire plus !), vous devez donc préparer un pitch récurrent qui pourra être adapté en fonction de la situation. De plus, n’oubliez pas que vous pouvez croiser un investisseur n’importe où et à n’importe quel moment. Pour vous préparer à cette éventualité, vous devez avoir trois types de pitchs toujours prêts :

  • Un pitch d’une minute ou moins, constitué de phrases d’accroche qui permettent d’éveiller la curiosité de votre interlocuteur
  • Un pitch de 5 minutes, considéré comme votre elevator pitch (ainsi dénommé parce qu’il doit pouvoir se faire à un potentiel investisseur rencontré par hasard … dans un ascenseur), qui met en avant les points forts de votre projet, ce qui le distingue de la concurrence et qui convaincs l’interlocuteur de l’intérêt de votre projet.
  • Un pitch de 15 à 20 minutes, type Présentation Power Point, qui comprend les détails importants de votre projet identifiés dans le Business Plan

Les présentations peuvent se multiplier, selon l’intérêt manifesté et la complexité du sujet, elles seront alors plus ciblées afin d’approfondir la compréhension du dossier jusqu’à la décision finale.

En savoir plus ?

Vous êtes le dirigeant d’une start-up ou d’une entreprise innovante et vous vous êtes lancés dans la rédaction du Business Plan de votre projet innovant ? N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir l’avis de nos experts et être accompagné dans la recherche de financements. Vous pouvez aussi rejoindre notre communauté de professionnels sur LinkedIn pour obtenir tous les bons conseils !

Une question, une remarque ? Laissez-nous un commentaire !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *